Comme vous le savez, j’interviens dans toute la France pour défendre les dossiers de mes  
clients.

Au début de l’année 2014, un couple algérien venait me rencontrer car le mari ne disposait pas de papier sur le territoire français alors qu’il était marié à une compatriote algérienne qui bénéficiait d’un certificat de résidence algérien de dix ans sur le territoire français.  C’est un cas assez fréquent que l’on rencontre souvent. 

A l’époque, l’intéressé était entré en 2008 en France mais comme son épouse ne travaillait pas, n’avait pas souhaité repartir pour s’en séparer et mettre en place la procédure dite du regroupement familial.  

Naturellement, par la suite, sont nés des enfants (3 au total) entre 2009 et 2015.

Ainsi, nous avons préparé une demande de délivrance d’un titre de séjour sous l’angle de la vie familiale auprès du Préfet du Rhône qui a toutefois refusé de faire droit à la demande de ce ressortissant algérien.  

Nous recevons la décision du tribunal administratif de Lyon devant lequel j’étais allé plaider et qui nous donne finalement raison car la situation particulière de ce dossier, notamment la vie familiale de ce ressortissant algérien, doit être appréciée favorablement pour la délivrance d’un certificat de résidence portant la mention « vie privée et familiale ».  

C’est une belle victoire pour cette famille étant précisé que Monsieur G. m’indiquait qu’il
avait une promesse d’embauche et qu’il pourrait travailler dès l’obtention de son titre de séjour

À propos de l'auteur

Vous pouvez aussi consulter

Pas de commentaire

Les commentaires sont fermés