#2753
Miléna Gasparian
Invité

Cher Maître,

Ayant vue que la dernière conversation remonte au mois de juillet 2014, je tente néanmoins ma chance en vous écrivant, ayant besoin d’un conseil. En effet, en France depuis 17 ans (actuellement j’ai 22 ans), ayant fait 5 ans d’études en France (maintenant étant en 2ème année de licence en Droit), ainsi qu’étant sous la protection subsidiaire, j’ai fait une demande de naturalisation qui a été ajournée en défaut des ressources financières. Bien évidemment, je compte de recourir contre cette décision par un recours hiérarchique au Ministre de l’Intérieur, ayant déjà arrêté, en tous cas pour moi, les moyens opérants à mon avis pour annuler la décision du préfet. Toutefois, j’hésite sur un seul point : puis-je soulever le principe général de droit d’égal accès au service public en arguant qu’une personne dans une meme situation que moi, étant agée de 18 ans, étudiante et sans ressources financières, a vu sa demande de nationalité accepter? Est-ce que le fait qu’une personne, n’étant concernée ni par le droit du sang ni par le droit du sol, peut être naturalisée nonobstant l’absence des ressources, alors que pour une autre personne c’est une raison d’ajournement de la demande? Ne constitue pas alors la condition des ressources une condition qui n’est pas obligatoire?

Je vous remercie d’avance de votre réponse et de votre attention

Respectueusement

Mlle GASPARIAN

Pas de commentaire

Vous pouvez publier un premier commentaire